A l'origine

A l'origine

LE MIKVÉ, À L’ORIGINE

En 1967, Joseph PARDO z’l fondateur de la communauté A.T.I.S., réalise un ambitieux projet : la construction d’un mikvé à Nice, opération effectuée sous le contrôle du grand DAYAN Rav Avrohom HOROWITZ zts’l de Strasbourg et Jérusalem, du Rav Dovid FRAND de Londres, et du Rav Moché MERGUI de Nice.

 

Ce mikvé est devenu un lieu d’importance régionale, son rayonnement s’étendant jusqu’à Marseille d’où certains n’hésitaient pas à se déplacer pour bénéficier de ce bain nouvellement créé en toute garantie de conformité rituelle.

Il faut souligner le rôle de Madame Renée SEBAG et de Madame Ruth PARDO z’l qui ont largement contribué à en faire un lieu convivial, par leur dévouement accueillant auprès des femmes de la communauté.

ANCIEN MIKVÉ

Après quarante ans de loyaux services, force fut de constater que le dispositif avait subi les outrages de l’âge et qu’en particulier le système de recueillement des eaux de pluie présentait des altérations qui auraient pu remettre en question la continuation de son usage en cas d’aggravation.

Dayan Rav HOROWITZ 1967

Il fut donc décidé à l’initiative du Rav Eliyahou MERGUI de procéder à sa fermeture et de rénover les lieux en y établissant un nouveau Mikvé, projet confié à l’architecte d’intérieur Rodolphe DOUILLET, maître d’œuvre.

Le concept et le suivi ont été ceux du Rav Nachum ROSENBERG, spécialiste international des Mikvés, qui s’est déplacé bénévolement plusieurs fois des Etats-Unis, et n’a pas ménagé son temps sur place aux moments clefs de la réalisation du mikvé.

Le DAYAN Rav Shmouel Akiva Yoffe SCHLESINGER de Strasbourg et le Rav Moché MERGUI de Nice ont donné leur approbation officielle et vérifié les processus de recueillement et d’alimentation en eau de pluie.

De son côté le président de l’A.T.I.S., Alain PARDO, a mis tout en œuvre pour la réussite du projet et de son financement qui a trouvé en la famille Ra’hamim COHEN et ses enfants un généreux mécénat pour la plus grande partie du budget, sans lequel rien n’aurait pu être fait.

Ce fut donc là un ambitieux projet pour la communauté, reflétant l’importance accordée par nos sages à l’édification d’un Mikvé, ceux-ci ayant été jusqu’à statuer qu’il a préséance sur la synagogue ou sur l’école.

La Rédaction

×